La femme n'a pas besoin d'aimer pour réaliser ses fantasmes

  • Par lbno
  • Le 24/08/2015
  • 0 commentaire

540 pages de témoignages sexuels de femmes perverses !: Les livres érotiques pour hommes de Katia par [Lachienne, Katia]

Cliquez sur l'image pour feuilleter ce livre

Les femmes associent systématiquement la pratique du sexe aux sentiments amoureux... Voilà bien une idée reçue qui perdure aujourd'hui malgré l'évolution des moeurs et la liberté sexuelle féminine ! Où cette idée reçue trouve-t-elle son origine ? Nous n'en savons absolument rien mais il est fort à parier qu'il s'agit encore d'une question de morale hypocrite.

Affirmer avoir besoin d'aimer son partenaire pour prendre sexuellement du plaisir avec c'est comme affirmer avoir besoin d'aimer le goût de l'eau pour se désaltérer quand on est déshydraté. L'erreur est d'associer arbitrairement une donnée psychique ( l'amour ) à un besoin physique ( le sexe ).

Quand les zones érogènes ( organes physiques ) réclament leur dose de stimulation "mécanique", elles ne s'embarassent pas de sentimentalité. Et ce principe vaut aussi bien pour le corps physique féminin que pour le corps physique masculin

Bien entendu, ce n'est pas parce que le corps réclame que la tête dispose ; la raison est là pour freiner nos pulsions sexuelles primaires et ne pas faire n'importe quoi. Encore faut-il définir ce que nous entendons par "n'importe quoi" en matière de pratiques sexuelles...

Est-ce faire n'importe quoi pour une femme que de se laisser aller sexuellement avec un inconnu ou même plusieurs, comme nous le racontent plusieurs de nos narratrices à travers les ebooks érotiques de la collection ? Est-ce faire n'importe quoi que pour une femme que de faire une fellation à un beau mec qui lui plait physiquement dans les toilettes d'une discothèque ou d'un restaurant ? 

Nous approuvons tous les interdits sexuels fixés par la loi et admettons sans discutions que ne pas les respecter c'est effectivement faire n'importe quoi ; mais en dehors de ces interdits sexuels impératifs, qui peut juger péremptoirement de ce qu'une femme peut ou non faire sexuellement de son corps ? Il s'agit là exclusivement d'une question de morale sociale variablement appréhendée par l'opinion publique suivant des critères d'appréciation multiples.

La morale actuelle considère encore qu'une femme qui couche sans sentiments est une "salope"... ok, çà c'est une opinion. Mais les faits, dans la vie réelle qui n'est pas faite que de rapports intellectuels mais aussi de rapports physiques il ne fait aucun doute que la femme n'a pas plus que l'homme besoin d'aimer ses partenaires pour s'éclater sexuellement

 

 

 

 

histoires sexuelles de femmes nymphomanes libertinage fantasmes féminins sexualité Libertines romans érotiques E-book érotique blogs de libertines intimité féminine histoires érotiques pratiques sexuelles fantames sexuelles témoignages sexuelles journal intime femmes qui parlent de sexe confessions sexuelles de femmes

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.