La part des réseaux sociaux dans le succès des livres érotiques

  • Par lbno
  • Le 13/09/2015
  • 0 commentaire

   Le succès d'un livre érotique ne se résume pas ni à la qualité de son contenu ni aux chiffres de ses ventes. En tant qu'éditrice, il faut reconnaître que la curiosité joue pour une grande part dans le succès d'un livre coquin, d'autant plus si ce livre est biographique

Parmi le public qui fait le succès d'un livre de ce genre, il y a les véritables amateurs de littérature érotique, les occasionnels qui se disent "pourquoi pas ? "... et les curieux ! On retrouve dans le lectorat de la littérature érotique exactement les mêmes profils de voyeurs que sur les lieux d'exhibition libertins.

 Tout comme on entend parler d'un lieu en forêt réputé pour être fréquenté par des couples échangistes ou candaulistes, on entend parler sur les réseaux sociaux du succès des livres érotiques "pour hommes" de Katia... Alors, on se dit que cela peut valoir le détour, juste pour "voir".

Difficile de dire combien représente la part des curieux dans le succès d'un ebook coquin. Mais ce qui est certain, c'est que le nombre de téléchargement de ce livre numérique augmente en proportion de la réputation qu'il se fait sur les réseaux sociaux.

Les véritables consommateurs de livres porno n'ont pas besoin de Facebook, de Twitter ou de Youtub ; ils savent parfaitement où trouver leur plaisir. En revanche, c'est la présence régulière de ces ouvrages sur le social network qui va inciter le curieux ( ou la curieuse ) à aller voir ce qui se cache dans les pages. 

Le pouvoir attractif des réseaux sociaux fonctionne évidemment pour l'ensemble de la littérature mais il est certainement plus grand encore en ce qui concerne la littérature érotique. Et quand les livres en question sont des biographies sexuelles, on comprend aisément que la curiosité du public soit à son comble !

Les réseaux sociaux n'ont probablement pas le même pouvoir promotionnel auprès des simples curieux lorsqu'il s'agit de romans érotiques ; ces derniers attirent surtout les femmes à qui les critiques et les médias ont dit qu'il était culturellement de bon ton de les lire. Mais s'agissant d'histoires sexuelles vraies racontées par celles qui les vivent ou les ont vécus, on devine que beaucoup de voyeuses et voyeurs on eu envie de s'en mettre plein les yeux, quitte à dire ensuite que cela les a dégouté !

Certains curieux ( des curieuses en l'occurence ) se trahissent en laissant des avis sur les plate-formes d'édition ou les forums littéraires et forums féminins. En effet, les 4èmes de couvertures des livres érotiques pour hommes de Katia sont suffisament explicites sur la nature de leur contenu et l'on a bien du mal à croire que les lectrices qui dénoncent après coup la vulgarité pornographique de ces ebooks sont venues à leur lecture sans savoir

 

 

 

 

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.