Un bon livre érotique pour hommes doit-être court !

  • Par lbno
  • Le 24/08/2015
  • 0 commentaire

Pourquoi faire un livre érotique long quand les hommes le préfèrent court ? 

Les hommes qui lisent ( par défaut ) des livres érotiques pour femmes tournent rapidement les pages "inutiles" ( romantisme ) pour aller directement à l'essentiel, les scènes de sexe intense... à condition qu'il y en ait ! Finalement, sur un livre érotique féminin de 200 pages ils n'en lisent véritablement qu'une vingtaine au plus. 

Voilà pourquoi tous les livres érotiques pour homme dans notre liste des meilleurs ventes 2015 sont courts. Le public masculin veut du sexe et uniquement du sexe. Quand en plus les récits sont des histoires réellement vécues par les narratrices, alors son excitation est à son comble ! 

Si la femme lit des livres érotiques pour alimenter le jardin intérieur de ses fantasmes, l'homme, lui, le fait pour se donner du plaisir en se masturbant. Or, le format court des ebooks érotiques pour hommes suffit largement à entretenir l'excitation de la lecture jusqu'à l'ultime instant de la délivrance orgasmique.  

Mais faire des livres érotiques courts n'est pas un travail de romancière ! Contrairement à ceux que prétendent les critiques littéraires ( féministes ! ), un bon livre érotique n'a pas besoin forcément d'une intrigue, autrement dit d'une histoire "neuneu" qui n'a d'autre raison d'être que de rendre un livre érotique socialement plus acceptable

Les livres érotiques pour hommes de la série que nous évoquons sur ce blog sont cash, directs et sans détours ! Voilà pourquoi ils ont autant de succès auprès du public masculin

 

E-book érotique romans érotiques fantasmes féminins femmes et fantasmes fantasmes sexuels des femmes livres érotiques ebook érotique ebooks érotiques fantasmes de femmes littérature érotique érotisme

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.